Le 15/07/08, Bar-le Duc

Publié le par Le 3ème nain

L'aventure se poursuit. Je salue les néerlandais et leur rutilant tracteur rouge en partant, et roule! Go East! Ah non, on s'arrête à la pharmacie, pour acheter une crême pour le genou. Je traîne aussi aujourd'hui, coincés sous le tender, ma esive de la veille. Slip, chaussettes et T-Shirt volent voyeusement au gré du vent, qui m'accompagne toujours en ce début de voyage en me poussant. Comme j'ai remarqué que la douleur venait surtout quand je tendais la jambe, j'ai légèrement baissé la selle. Bref, un vent d'optimisme souffle enfin sur ce voyage!

Il fait beau, il fait chaud. Le désert agricole attendu arrive.


Ca cogne... Et le truc bête que j'ai oublié hier se fait furieusement sentir. La crême solaire sur le haut des oreilles, mieux vaut ne pas l'oublier, croyez-moi! Ca monte beaucoup, ca redescend un peu... Ca remonte... De temps en temps un village. Pas de pitié, on fonce au cimetière, et on remplit la gourde! J'avoue qu'au début, j'avais quelques scrupules à entrer ainsi dans ces lieux, mais la chaleur ambiante m'a bien aidé à franchir les grilles!

Midi arrive, casse-croûte dans un village. Un gamin interloqué, qui n'a pas vu que j'étais assis un peu plus loin, s'approche de ce vélo qui prend à lui tout seul une place de parking et sur lequel sèchent mes chaussettes...


Comme de juste, après avoir bien monté toute la matinée, ça redescend d'un coup. Un peu de vent frais sur mon visage, ça fait du bien! A Sermaize-les-Bain, assez satisfait de ma matinée, au cours de laquelle j'ai bien avancé, je sirote tranquillement un coca en regardant mes cartes. Voyons, où vais-je dormir? Bar-le-Duc me semble jouable, c'est parti. Longue montée pour atteindre Vassincourt.


Qui se souvient de Vassincourt aujourd'hui? Champ de bataille de la 1ère guerre mondiale, où 2 régiments du Sud de la France se sont fait tuer jusqu'au dernier plutôt que de céder un pouce de terrain, et ainsi protéger Bar. Je ne me souviens plus du nombre de morts, mais les images des cimetières croisés avant sont un écho douloureux.

Après Vassincourt, ça recommence à être la galère. Fichu genou! Je m'arrête tous les km, d'un seul coup je n'arrive plus à avancer. Je me traîne jusqu'à Bar, m'enquiers du camping. J'y arrive, m'installe. Au passage, j'emprunte un bout de la voie sacrée. Ras-le-bol des pâtes, j'ai envie d'une pizza, ce soir. Ce sera donc pizza! Je commence par filer voir le vieux Bar, la ville haute qui surplombe la partie plus récente. Je décide de prendre mon vélo, et hop! je file comme un cabri, quasiment à vide! Mon genou reposé me laisse en paix, je vole! Je monte à toute allure la montée vers la vieille ville, et là c'est l'enchantement.

 
C'est superbe!

Magnifique!


Et en plus, au retour je trouve ma pizza. J'ai une longue discussion avec le patron de la pizzeria pendant la préparation de mon repas. Un parisien à vélo! Qui va à Prague avec un genou foireux! Aie aie... Retour au camping et dodo, le ventre bien calé. Un petit bonsoir au Papa anglais avec sa fille qui se baladent à vélo aussi, et hop au lit! Enfin, au sac!

Publié dans France

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

anonyme 08/08/2008 23:25

pas d'épisode aujourd'hui??

Le 3ème nain 09/08/2008 18:22



Voilà voilà, tout chaud tout beau!