Le 27/07/08, Vranov

Publié le par Le 3ème nain

Me voilà en République Tchèque !

Après une cinquantaine de kilomètres en Allemagne, à travers des paysages boisés et sur de petits chemins de forêts, j’ai finalement traversé la frontière à Weidhaus. Une voiture bretonne était arrêtée, j’ai fait halte pour discuter un peu. Les occupants m’ont prévenu contre les campings tchèques... Oula !


Entre les deux postes frontières, pleins de magasins, de tout et de rien. J’ai acheté un gros pain, un véritable étouffe-chrétien, ça va être dur de le finir… Un peu plus loin, du côté tchèque, des maisons closes. C’est glauque ! Ca s’arrange en s’enfonçant dans le pays, ça devient de plus en plus joli. Un magnifique lac me donne l’occasion de ma première pause dans ce nouveau pays.
Et ça grimpe, ça grimpe dans les bois… Pour redescendre d’un seul coup, et m’offrir mon record de vitesse du voyage : Plus de 60km/h ! J’achète une carte, la seule que j’avais jusqu’à présent de la République Tchèque n’était pas assez précise.

A Stibro, alors que je me renseigne sur un camping, j’ai droit à l’épreuve de la tentation : on me propose de m’emmener à Plzen, la prochaine grande ville. Là-bas, je trouverais sûrement un endroit où dormir… Et c’est dans ma direction ! Diable, c’est tentant. Vais-je céder ? Mais ce serait tricher ! Mais qui m’en blâmerait ? Bah, j’ai commencé ce voyage à vélo, je finirais à vélo ! Je continue.

Je fais bien d’ailleurs, je trouve un camping 5 km plus loin. Non sans avoir demandé à 5 personnes, et le constat est le suivant : les tchèques ne parlent pas anglais, mais allemand. Impression qui se confirme dans le camping. Et quel camping...

Les Français rencontrés avant m'avaient prévenu: fini le confort allemand! L'accueil se fait dans une cabane, un cube de 2m de côté. La patronne est aimable et gracieuse comme un coup de baton. Elle aboie plus qu'elle ne parle, vive le tourisme. Près d'elle trône la tireuse pour la bière, avec les verres rincés par la fille du bouledogue. Les toilettes sont d'une propreté douteuse, infestées de mouches, mais le meilleur restent les douches. Dans une vieille remorque, à la peinture défraîchie (pour être politiquement correct), dont il faut demander la clé à la guardienne, deux douches à l'émail fugueur. Un fil pendouille pour poser son linge. Il fait chaud, chaud dans cet espace confiné resté en plein soleil toute la journée.

Mais bon, on s'en fiche. Le cadre est sympa, la bière est bonne, j'ai de l'eau potable. Que demander de plus? Un peu de conversation avec le cycliste allemand arrivé avant moi? Allons-y! Cet homme vient de Berlin, il est descendu jusqu'en Italie et rentre chez lui. Mais son vélo avoisine les 50kg (A titre de comparaison, le mien doit faire seulement dans les 30kg), et il fait 200km par jours. Il est écroulé au bord de sa tente, et va faire un jour de pause.

Je me sens bien léger le lendemain matin en y repensant...

Publié dans République tchèque

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

kamaradclimber 01/09/2008 14:05

merci pour ce journal, ca donne vraiment envie, je compte faire le meme voyage l'été prochain mais en tandem. Pourriez vous donner des details pratiques également, une fois le journal achevé ?

Le 3ème nain 07/09/2008 19:35



Oui, sans problème.
Je comptais faire une page sur le vélo, le matériel, l'itinéraire, mes précédentes balades, bref alimenter au maximum le site.

Mais avant il faut finir le journal.

Merci de votre commentaire, je voulais donner envie à d'éventuels lecteurs l'envie de faire ce voyage (ou tout autre). Ca fait plaisir de voir que ça marche.